Image tirée de regencytr1.comDepuis décembre 2014, on nous annonce en Suisse la mort de la diffusion FM (OUC) pour 2024 avec comme objectif la bascule obligatoire des émissions publics et privées vers une diffusion exclusive via la DAB+, une technologie numérique déjà utilisée depuis quelques années. Il est commun aujourd’hui de posséder une radio FM : un récepteur est tellement simple à construire que les éléments qui le composent se trouvent dans le commerce spécialisé pour moins de 5 francs.

La modulation de fréquence a été inventée en 1933, présentée aux USA en 1940 et c’est en mars 1945 qu’une station de radio américaine diffuse pour la première fois une émission en FM. Le lourd récepteur utilisé à l’époque n’était pas conçu pour être facilement transportable et sa consommation en électricité ajoutait des difficultés à son alimentation par batterie. En effet, les lampes utilisées à cette époque consommaient (et consomment encore) beaucoup d’énergies pour fonctionner.

C’est en 1947 que le transistor a été inventé  par les Américains John Bardeen, William Shockley et Walter Brattain, chercheurs des Laboratoires Bell et nobélisés en 1956 pour cette invention. Plus petit, plus solide, consommant moins d’énergie, le transistor a très rapidement remplacé le tube à vide dans de nombreuses applications mais restait encore couteux à produire.

En 1954, Texas Instrument cherche à se faire connaître du public comme fabricant novateur, connu jusqu’ici pour ses activités dans l’industrie pétrolière.  Ayant réussi à baisser les coûts de production de ce composant, il cherche sans succès une alliance avec des fabricants de récepteur radio comme RCA ou Emerson afin de produire un petit récepteur utilisant le composant inventé en 1947.

Texas s’associera au final avec la société d’ingénierie IDEA dans l’Indiana et produira le Regency TR-1, premier récepteur radio FM portatif fabriqué industriellement.  Annoncé sur le marché le 18 octobre 1954 et vendu dès le mois suivant, 100'000 appareils seront commercialisés au prix de 50 dollars (l’équivalent d’environ 450 dollars en 2017), malgré ses médiocres qualités acoustiques.

Les premiers transistors fonctionnaient à une tension de claquage relativement élevée et l’appareil contenant des transistors NPN de Texas Instruments était alimenté par une batterie de 22.5 volts, une tension élevée avec un format de batterie relativement cher car assez rare. Malgré ces défauts, la radio  offrait 20 à 30 heures d’écoutes, contre à peine 3 heures pour une radio à tube alimentée par batterie.

Source de l'image: http://www.regencytr1.com/