En 1508, Léonard de Vinci s'intéresse à la capacité de l'oeil humain à s'adapter à son environnement. Dans son Codex de l'oeil, il suggère de recouvrir l'oeil avec de l'eau. René Descartes proposera en 1636 de placer sur l'oeil un tube de verre rempli d'eau et liera des formules mathématiques à sa proposition pour la correction de la vision. L'idée ne sera jamais mise en pratique, pour la simple raison qu'il était impossible de fermer les paupières.

En 1887, l'ophtalmologue allemand Adolf Eugen Fick travaille depuis peu à l'Université de Zurich, en Suisse. Il expérimente l'idée de poser des lentilles de contact en verre sur des yeux de lapins, puis procède à des moulages sur des yeux de personnes décédées. Enfin, il essaie ses lentilles sur lui-même et auprès de personnes de son entourage. Les résultats de ses recherches étaient encourageants, toutefois, ses lentilles étant lourdes et épaisses, elles étaient inconfortables et devaient être humectée régulièrement.

En septembre 1887, il propose au journal Archiv für Augenheilkunde un rapport nommé "eine contactbrille", article qui sera publié en mars 1888 en anglais et en allemand. Un autre allemand, August Müller, corrigera sa myopie avec des lentilles en verre soufflé de sa propre fabrication en 1888. Jusqu'à l'invention en 1930 du PMMA, un polymère thermoplastique, les lentilles sclérales en verre soufflé resteront les seules solutions permettant la correction de la vue autrement qu'avec des lunettes.

Adolf Eugen Fick est décédé en 1937 à l'âge de 85 ans.

Source partielle
Image: pixabay.com