Antonio Meucci est né le 13 avril 1808 à San Frediano près de Florence en Italie. Il est mort le 18 octobre 1896 aux États-Unis. Meucci était un inventeur italo-américain qui a reçu en 2002 le crédit officiel de l'invention du téléphone par la Chambre des représentants des États-Unis.

Antonio Meucci étudia la mécanique avant de travailler comme technicien dans différents théâtres jusqu’en 1835, où il déménagea à Cuba pour continuer dans le théâtre. Il était fasciné par les sciences et lisait tout ce qui s'y rapportait. Il inventa une méthode pour galvaniser le métal, qu’utilisa alors l’armée à Cuba. Il travailla aussi durant dix ans sur une méthode efficace de traitement de certaines maladies par électrochocs, puis, en 1849, imagina les bases du téléphone.

Il partit en 1850 à New York pour promouvoir ses inventions. Mais il se heurta à trois problèmes : sa difficulté à parler anglais, ses soucis financiers et son soutien à la révolution italienne. En effet, il devint l’ami du célèbre Garibaldi, artisan de l’unité italienne, et pour l’aider financièrement, il se lança dans des projets industriels qu’il ne réussit pas à assumer.

Meucci présenta son téléphone en 1860, mais sans succès, et il ne réussit pas à vendre son invention. Meucci qui avait peur d’avoir perdu son invention en reconstruisit vite un prototype et en 1874, tenta de contacter le directeur d’une compagnie de télégraphes, la Western Union, pour lui montrer son « télégraphe parlant ». Le secrétaire de la compagnie différa pendant deux ans la prise de rendez-vous, et prétendit finalement que l’on avait « perdu » le prototype.

Certains disent qu'Alexandre Graham Bell a volé cette invention et a payé la Western Union 20% de ses profits pendant 17 ans en échange de ce prototype dérobé.

C’est ainsi qu’en 1876, Bell déposa le brevet et Meucci lui intenta un procès. Il fut capable de convaincre qu’il était l’inventeur légitime et eut beaucoup de soutien. Meucci aurait déposé une demande provisoire de brevet en 1871, qui expira, faute de moyens, en 1874. Des démarches en justice ont été effectuées pour annuler le brevet de Graham Bell à partir de 1887, mais Bell était déjà riche et puissant. Le procès dura jusqu’en 1896, date à laquelle la mort de Meucci mit fin aux procédures.

Les années qui suivirent furent difficiles, et Meucci contraint de vendre les droits de beaucoup de ses inventions. Il fut même blessé dans l’explosion d’un bateau à vapeur, et sa femme vendit des prototypes de ses inventions, dont le téléphone, à un antiquaire pour payer son hospitalisation. L’acheteur, qui reste inconnu de nos jours, n’en a jamais rien fait apparemment.

Texte original de Grégoire Pomey

Photo: wikimedia