Cincandescent-1106928_640.jpget article va tordre le cou à une certitude ancrée dans le cerveau d'une majorité d'entre nous: Thomas Alva Edison n'est pas celui qui a inventé la première ampoule à incandescence !

Pierre Polinière et Francis Haucksbee découvrent ensemble, en 1705, la première lumière artificielle, d'origine électrique. Hauksbee place du mercure dans un globe et en vide l'air. Mis en rotation rapide avec l'aide d'une manivelle, la boule se charge d'électricité statique lorsque on frotte la boule avec une main et une lueur apparaît. Cette lueur était sensée être suffisante pour la lecture.

Humphry Davy est le premier homme à avoir produit une lumière d'origine électrique et n'utilisant pas d'installation mécanique, en 1808, dans les sous-sols de la Royal Institution à Londres. Pour ce faire, il construit plus de 800 piles Volta, chaque pile étant un empilement de tissus imbibés d'eau salée, de cuivre et de zinc. Mis en série avec deux morceaux de charbons de bois aux extrémités du circuit, un très fort courant électrique se produit lorsque les deux pièces de charbons sont rapprochées, produisant ainsi un arc électrique. Si la lumière ainsi produite est très puissante, elle est surtout aveuglante.

James Bowman Lindsay est né en Ecosse le 8 septembre 1799 et est décédé le 29 juin 1862. Quelques rares sources mentionnent son invention, en 1835, d'un prototype de lampe à incandescence.

Voici une traduction libre d'un article du journal anglophone Dundee, Perth & Cupar Advertiser du 7 août 1835:

Monsieur Lidsay, professeur en ville et ancien conférencier à l'Institut Watt, a réussi le 25 juillet 1835 au soir l'obtention d'une lumière électrique constante. Voici plus de deux ans qu'il travail sans relache, mais le résultat de sa lumière surpasse en qualité toutes les autres: Sa lumière n'a pas d'odeur, n'émet aucune fumée et ne peut pas exploser. Sa lumière n'exige pas d'air pour sa combustion et peut être placée dans des bocaux de verres fermés. Sa lumière semble construite pour être utilisée dans les filatures et dans toutes les pièces contenant des matières inflammables.

Dans le même journal, James Bowman Lindsey publie la lettre suivante le 30 octobre 1835:

Monsieur, comme de nombreux articles ont étés publiés concernant ma lumière électrique et que certaines personnes peuvent se soucier d'en connaître les résultats actuels, voici:

L'appareil que j'utilise à l'heure actuelle n'est qu'un petit modèle. Il a déjà coûté beaucoup de travail et en coûtera encore beaucoup plus avant que je ne puisse éclairer ma chambre suffisamment. A l'heure actuelle, deux ans de recherches m'ont permis d'obtenir le résultat suivant:

J'écris cette lettre à une distance de 6 ou 8 pouces et à l'heure actuelle, je peux lire un livre à une distance d'un demi pied. Du même appareil, je peux avoir deux ou trois lumières, dont chacune est apte à la lecture. Je peux faire brûler ces lumières en plein air ou dans un tube de verre sans air. Ni le vent ni l'eau ne peuvent l'éteindre. Elle n'emflamme pas le papier ni aucun autre combustible. Ce sont des faits.

Comme j'entends donner prochainement une conférence à ce sujet, j'exposerais plus tard les progrès de mes recherches. Quelques-uns, cependant, peuvent être mentionnés de suite.

Une illumination brillante sera obtenue par une lumière incapable de combustion et sera utile aux filatures. La beauté de cette lumière lui permettra d'être placé à côté du piano du salon, elle ne nécessite pas d'air pour sa combustion et n'émet pas d'odeur désagréable. Elle ne détériorera pas l’atmosphère d'une salle bondée. Exposé au grand air, elle resplendira au milieu des tempêtes de vent et de pluie. Elle sera capable de surpasser toutes les lumières dans sa splendeur. Elle pourra être utilisée dans les phares et pour les télégraphes. Telles ne sont pas des prévisions fantaisistes ou issues d'une imagination désordonnée. Ce sont les résultats attendus de dures recherches et d'innombrables expériences.

L'électricité, d'ailleurs, est destinée à des exploits encore plus puissants que l'illumination.

Lindsay ne protégera pas son invention et son développement n'interviendra que beaucoup plus tard, avec les travaux de Joseph Swan et de Thomas Edison. Lindsay avait proposé de vider l'aide des ampoules, mais n'avait pas conscience de l'utilité du vide d'air. En 1860, Swan démontre que l'incandescence peut être prolongée en vidant l'ampoule de son air et fait breveter son idée. Edison, lui, commercialise dès 1879 une ampoule dont le filament est une fibre de coton carbonisée. De nombreuses sources mentionnent qu'Edison aurait testé plus de 6000 matières différentes pour enfin trouver celle qui permettra la production d'une ampoule fiable.